Shining

Shining 53117 250 400

Auteur : Stephen King

Editeur : Le livre de poche

Collection : Fantastique

Parution : 31/10/2007

EAN-13 : 978-2253151623

Pages : 576

Résumé : Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté…
L’hiver, l’hôtel est fermé.
Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien.
Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance: c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.
Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus.
Ce qu’il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel?
Un récit envoûtant immortalisé à l’écran par Stanley Kubrick.

Mon avis : Coucou mes assoiffés voici une chronique pour laquelle tous les fans de Stephen King vont me maudire ! Vous l’aurez compris, je l’espère, j’exagère mais à peine….

C’est grâce au "book’inosaure", (le club de lecture super sympa dont je fais partie) que j’ai enfin sauté le pas et que je me suis plongée dans un des livres de cet auteur mythique (la trentaine passée, il était plus que temps !). Je dois avouer que sans ce club je serais, très certainement, encore en train de tergiverser et d’essayer de trouver le courage de m’y coller. Car pour moi Stephen King est associé à mes plus grandes frayeurs, celles que j’ai eu adolescente en visionnant les films tirés de ses romans. Et je n’aime pas être terrifiée, ce n’est pas le genre d’émotion que je souhaite ressentir. D’ailleurs, petite parenthèse, "Ca" et "Carrie" si vous passez par ici je vous maudis pour toutes les nuits blanches et les cauchemars que vous avez générés.

Mais quitte à tenter le coup, j’étais contente que cela soit avec "Shining" que j’envisageais, allez savoir pourquoi, comme un "thriller psychologique". J’avais dû être influencée par des extraits de la performance de Jack Nicholson (je n’avais pas encore vu le film à ce moment-là !)

Seulement on est loin, mais alors à des années lumières, de la montée en folie que je m’étais imaginée.

Alors certes, l’auteur prend le temps de dérouler son histoire et d’installer un climat de malaise qui va crescendo, se voulant clairement angoissant. Il nous plonge dans un huis clos qui aurait pu très facilement m’embarquer. Sauf qu’avec moi cela n’a pas fonctionné (Sorry !). J’ai trouvé ça long et fastidieux à lire car je ne me suis laissée happer (et encore, pas totalement !) qu’arrivée aux 50 dernières pages (quand on sait que le livre en compte plus de 500, c’est dommage)

Je n’ai pas non plus été convaincue par la trame principale : le coup de l’hôtel qui petit à petit prend possession de l’un des personnages le transformant en tueur, bof ! En plus, j’ai trouvé certains personnages assez fades et insipides au point de vouloir les secouer pour les réveiller.

Vous devez vous demander pourquoi j’ai persisté dans une lecture qui ne m’emballait pas ! D’abord, car je déteste abandonner un livre en cours de chemin. Je pense que jusqu’à la dernière ligne l’auteur peut nous surprendre et renverser la tendance.

Ensuite, car Stephen King a une plume géniale permettant de rendre tout le reste digeste. J’ai donc poursuivi ma lecture persuadé que j’allais finir par me faire happer par son histoire.

Alors voilà, mes assoiffés entre "Shining" et moi, ça ne l’a pas fait ! Mais je vais laisser une deuxième chance à Stephen King de me convertir parce que je me dis que je suis peut-être tout simplement passée à côté. J’étais en pleine lecture de ce roman durant le tristement célèbre week-end du 13 novembre. Et comme tout le monde en France je me suis retrouvée figée d’angoisse devant l’horreur de la réalité qui avait frappé à nos portes. Face à ça le roman de Stephen King c’était de la guimauve. L’ai-je lu au mauvais moment ? Peut-être ou peut-être pas, car même avant cela j’avais du mal.

Ma note : Ce livre plein de promesse n’a pas su me séduire. Je me suis retrouvée face à un huis clos maladif où l’action peinée à se mettre en place. Je lui mets donc la note de 2/5.

Rédigé par Magali, le 19/06/2016

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

×