Justices - T01 - Les deux ligues

Les deux ligues

Auteur : Renaud de Vriendt

Edition : Kennes

Collection : -

Parution : 10/02/2016

ISBN-13 : 978-2875802521

Pages : 129

 

Résumé : Camille, un jeune garçon de onze ans dont les parents ont mystérieusement disparu, a été recueilli par "Justice Pour Tous", une ligue de super-héros. Malheureusement pour lui, ces derniers n'ont de super que le nom et leurs étranges pouvoirs vont s'avérer particulièrement inadaptés à l'aventure qui les attend. En effet, quand le fantasque "M le Mystère", après avoir kidnappé plusieurs citoyens de Nova City, invitera tous les supers de la ville à venir récupérer les malheureux au sein même de son repaire, Camille n'écoutera que son courage et se jettera dans la gueule du loup. Mais très vite, il comprendra que ses nouveaux amis ne pèsent pas bien lourd face aux super-héros de "Justice d'Elite", une ligue rivale. Le temps presse pour le jeune héros, d'autant plus que de terribles révélations l'attendent dans l'antre de "M le Mystère".

Mon avis : Me revoici aujourd’hui pour vous parler d’un livre que j’ai pu lire grâce à une opération "masse critique" de babelio.

C’est totalement à l’aveugle que je me suis plongée dans cette lecture. Je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre. L’auteur c’était-il contenté de surfer sur la vague, en choisissant un thème à la mode : "les super-héros" ? Serais-je déçue par les aventures de Camille ?

Je dois avouer que j’ai été plutôt agréablement surprise.

La couverture, qui est très colorée, attire l’œil et donne envie de découvrir ce qui peut bien se cacher derrière. Quant aux dessins, que l’on découvre au fil des pages, ils ne sont pas sans rappeler la BD. En même temps, ce n’est pas surprenant lorsque l’on sait que c’est Gihef qui les a réalisés.

Mais ce qui m’a le plus intéressé, c’est que l’auteur nous livre ici une véritable parodie des comics, n’hésitant pas pour cela à tourner en dérision de nombreux codes du genre. Entre les super-héros narcissiques, à l’affût de la moindre interview à donner ou du moindre autographe à signer, et ceux incapables de maîtriser leur pouvoir, on n’est pas sorti de l’auberge. Alors quand le super-vilain fait son apparition cela donne lieu à de nombreuses situations cocasses.

Je l’avoue parfois ça ne vole pas bien haut et les jeux de mots ne cassent pas trois pattes à un canard mais c’est aussi ce qui fait son charme. J’ai apprécié et pourtant je ne suis pas très sensible à cet humour potache.

J’ai trouvé malin, de la part de l’auteur, de faire expliquer les mots difficiles par Camille, en bas de pages. Surtout que ses explications ne manquent pas d’humour.

           "Note de Camille – La dernière fois que la maîtresse a utilisé ce mot en classe, mon voisin de droite était persuadé qu’elle parlait du club de football d’Arsenal. Ha ! Ha ! On avait bien rigolé ce-jour là. Puis, elle nous a expliqué qu’un arsenal, c’était une réserve d’armes", page 64.

Mais cet humour et cette dérision ne s’arrêtent pas à l’histoire. L’auteur n’hésite pas à se moquer de lui-même aussi.

           "Note de Camille – C’est fou ce que les super-vilains aiment les trappes, les trucs qui s’enfoncent dans le sol, etc. J’imagine que ça doit être sa marque de fabrique…ou qu’il manque cruellement d’imagination…moui, plutôt ça, oui !", page 93.

Pour finir, je voudrais remercier les éditions "Kennes" et Babelio de m’avoir permis de découvrir cet ouvrage.

Ma note : Vous l’aurez compris j’ai passé un agréable moment avec cette lecture, qui m’a fait penser à la série Hero Corp de Simon Astier. Malgré tout, je n’ai pas été conquise. Certainement car je ne fais pas partie du public visé. Je n’hésiterai toutefois pas à le lire à ma fille. Je lui mets donc la note de 4/5.

Rédigé par Magali, le 10/03/2016

 

 

En 2016 je lis aussi des livres papiers 1

Ce titre participe au Challenge "En 2016, je lis des livres papiers".

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

×