L’amie prodigieuse

L amie prodigieuse

Auteur : Elena Ferrante

Edition : Gallimard

Collection : Du monde entier

Parution : 30/04/2014

ISBN-13 : 978-2070138623

Pages : 400

 

Résumé : Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. Elena, elle, est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des familles aisées. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, non sans ruptures ni souffrances, à l'aube de l'âge adulte.
Formidable voyage dans Naples et dans l'Italie du boom économique, "L'amie prodigieuse" trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu'au plus profond de leur âme.

Mon avis : Aujourd’hui, je vais encore une fois vous parler d’un roman qui a défrayé la chronique tant par la qualité de la saga familiale dont il est issu, que par le mystère entourant son auteur. Il s’agit de "L’amie prodigieuse" d’Elena Ferrante. Et c’est avec mon amie Blandine du blog "Vivrelivre" que je me suis jetée à l’eau.

Pour moi, ce roman c’est comme un petit vin sans prétention. Je m’explique ! Au début, on se dit qu’il n’a rien d’exceptionnel. Mais au fur et à mesure qu’on le déguste, on apprend à l’apprécier au point qu’il nous devient essentiel.

Loin de moi l’idée d’embellir la vérité. Au départ, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher. Très clairement, l’alchimie n’était pas au rendez-vous ! Mais au fil des pages, je me suis laissée prendre par l’histoire et les personnages qui ont su me captiver. Tout s’est produit l’air de rien, en catimini. Toutefois, une chose est sûre à la fin j’étais conquise et c’est le cœur gros que j’ai refermé ce livre.

"L’amie prodigieuse" est une fresque historique à couper le souffle. Le portrait que nous dresse l’auteure de l’Italie de la fin des années 50 est tout simplement sublime. C’est un tableau aux milles détails qu’elle nous livre.

Mais c’est surtout, à mon sens, une histoire d’amitié que le temps n’a su altérer. Une histoire d’amour, de haine et de compétition entre deux fillettes.

D’un côté, il y a Elena (alias Lenù ou Lenuccia), la gentille et obéissante petite fille, et de l’autre Rafaella (alias Lila ou Lina), la méchante et sauvageonne gamine.

A priori, sur le papier, tous les opposent ! Et pourtant, presque par hasard, elles vont devenir meilleures amies. C’est dans l’adversité que va se forger cette amitié teintée de rivalité. Et loin de la briser cela va les amener à donner le meilleur d’elles-mêmes. Inséparables, leurs chemins vont s’éloigner à la fin du primaire.

Bien que toutes les deux très intelligentes (l’une sans effort, l’autre à la sueur de son front), seul la famille de Lenù se laissera convaincre par la maîtresse (et non sans mal !) de la faire poursuivre ses études car cela à un coût. Lila, elle, se retrouvera déscolarisée. Après tout, à l’époque, l’éducation des filles étaient à des années lumières des priorités de ces familles aux revenus modestes. Malgré tout, elles n’auront de cesse de se retrouver afin de mieux se quitter.

Dans ce quartier populaire, où se croisent aussi bien des familles défavorisées qu’aisées, l’honneur et la fierté sont aux centres de toutes les préoccupations.

On est attendri d’y voir évoluer Lenù et Lila. C’est non sans heurts qu’elles passent de l’enfance à l’adolescence dans ce quartier gangréné petit à petit par la mafia.

Et même si au début ça demande un effort de concentration face à la multitude de personnages (et de surnom) qui nous perdent, très vite tout nous devient naturel et on se retrouve embarqué dans les aventures des deux fillettes. Aventures que l’on abandonne le cœur gros et avec un sentiment de nostalgie nous rappelant notre enfance perdue.

Ma note : Vous l’aurez compris, entre "L’amie prodigieuse" et moi, cela n’a pas était le coup de foudre. Au contraire, c’est un roman que j’ai appris à apprécier. Il s’est creusé une place de choix dans mon cœur, tout en douceur et à mon insu. C’était loin d’être gagné et pourtant il a réussi à me rendre impatiente de lire le tome n°2. En toute sincérité, on est passé à un chouïa du coup de cœur. Je lui mets donc la note de 5/5.

 

Rédigé par Magali, le 08/07/2017

 

Pour retrouver l'avis de Blandine c'est par ici !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

magalitdeslivres
  • 1. magalitdeslivres (site web) | 19/07/2017

@Blandine Comme souvent, c'est rare que l'on ne soit pas d'accord même si ça arrive.

magalitdeslivres
  • 2. magalitdeslivres (site web) | 19/07/2017

@le livre-vie. Je te conseilles cette saga. Malgré un début difficile j'ai été transporté.

Le livre-vie
  • 3. Le livre-vie (site web) | 17/07/2017

C'est une auteure que j'ai très envie de découvrir.

Blandine

Je suis vraiment très contente d'avoir partagé cette lecture avec toi. Notre cheminement est identique... Vivement qu'on lise la suite!

Ajouter un commentaire

×