Premières lignes #11

Premieres lignes

Avec cette nouvelle année qui commence, j’avais envie d’inaugurer un nouveau rendez-vous hebdomadaire ! Je cherchais un rendez-vous qui serait à base de citation et j’ai croisé sur le blog de "Bettie rose" le rendez-vous : "Premières lignes". J’ai tout de suite compris que j’avais trouvé le "Saint Graal". A l’origine de celui-ci, le blog "Ma lecturothèque".

Le principe est simple, toutes les semaines on vous cite les premières lignes de notre lecture. Mais trêve de bavardage et passons au vif du sujet.

Pour cette semaine, je vais vous citer les premières lignes de "Player one", écrit par Ernest Cline. C’est une lecture qui me faisait envie depuis plusieurs mois grâce à la superbe vidéo de "Lemon June". Je suis impatiente de voir si, moi aussi, je vais être conquise par cette lecture !

 

Player one

"2044. La Terre est à l'agonie. Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne..."

 

          "Les gens de mon âge se souviennent tous de l’endroit où ils se trouvaient et de ce qu’ils étaient en train de faire lorsqu’ils ont entendu parler du concours pour la première fois. Moi, j’étais dans ma planque et je regardais des dessins animés lorsque le bulletin d’informations était tombé, interrompant mon flux : James Halliday était mort pendant la nuit.

           Je savais qui était Halliday. Comme tout le monde. C’était lui qui avait conçu l’OASIS, l’énorme plateforme multijoueur en réseau à l’origine du système de réalité virtuelle mondial dont la plus grande partie de l’humanité se servait désormais au quotidien.

         Je n’ai pas tout de suite compris pourquoi les médias accordaient tant d’importance à la mort du milliardaire. Après tout, les Terriens avaient bien d’autres soucis : la crise énergétique qui n’en finissait pas, le désastre du changement climatique, la famine, partout la pauvreté et la maladie, et puis une bonne demi-douzaine de guerres en cours. Comme on dit, 'chiens et chats ne font pas bon ménage…',et c’était l’hystérie générale."

 

Voila, mes assoiffés de lecture, les premières lignes d’un roman qui va très certainement me transporter. J’espère vibrer au fil des pages.

Et si, vous partagiez en commentaire les premières lignes de votre lecture, ce serait cool, non ? Alors à vos claviers et on se retrouvera dimanche prochain pour un autre partage de 1ères lignes.

 

Rédigé par Magali, le 01/07/2018

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

×